The OA la série lunaire à binger absolument

Si vous êtes adeptes des séries un peu chelou à tendance surnaturelle assumée, The OA est faite pour vous. Production Netflix disponible sur la plateforme depuis 2016, elle avait fait, à l’époque, l’effet d’une bombe en débarquant sans annonce préalable. Étrange, fantastique, un brin dystopique et très métaphysique, la série réalisée par Zal Batmanglij et Brit Marling, qui joue également le rôle principal, et produite par Brad Pitt, mêle avec une certaine intelligence pragmatisme scientifique et spiritualité intense.

Prairie Johnson refait surface miraculeusement après avoir disparu 7 ans plus tôt. Son retour suscite l’intérêt de la police, des médias et son entourage car elle a, en plus, mystérieusement retrouvé la vue. Synopsis intrigant d’une première saison qui donne lieu à 8 épisodes captivants où dimensions parallèles, énigmes surnaturelles et allégories en pagaille laissent le spectateur haletant.

Double narration et thèmes passionnants


Mon avis n’est pas très objectif puisque, personnellement, j’adore cette série. D’ailleurs, quand j’ai appris son annulation après la saison 2, ne respectant pas alors la volonté de l’équipe qui souhaitait en faire une série en 5 saisons, j’étais totalement dévastée. D’autant plus que la fin de la saison 2 laisse au spectateur un goût d’inachevé et quelques questions restent encore en suspend. Mais passons, cette annulation n’enlève en rien le fait que cette série vaut clairement le détour.

Les thèmes abordés sont multiples et fascinants. Le deuil, la mort – puisque le thème principal de la série est l’EMI, expérience de mort imminente – la renaissance, tel le phénix, la sciences et la recherche, les différentes dimensions et réalités du monde, la pleine conscience, et j’en passe. Ils ont, en plus, l’avantage d’être abordés de manière fine et intelligente malgré, je me répète, un arrêt abrupt qui, en toute cohérence, crée un manque de profondeur.

La double narration, deux timelines différentes pour la saison 1 et deux dimensions parallèles pour la saison 2, et l’arc narratif plus général de la série renforcent ce sentiment de maîtrise.

Another one bites the dust…


L’arrêt de la série, encore totalement incomprise par les fans, met cependant en évidences les rares éléments négatifs de la série. Certains thèmes sont malgré tout abordés de manière trop superficielle, comme la fameuse expérience de mort imminente, qui aurait méritée une exploration plus profonde.

La série est un OVNI complexe, palpitant et parfois aussi bizarre et déroutant. Cette fin annoncée beaucoup trop tôt ne permet pas de résoudre les énigmes balancées et laisse, malheureusement, le spectateur interloqué. ais qu’à cela ne tienne, ça reste une série admirable que je ne peux que conseiller et que je regarderai à nouveau sans aucune hésitation !